L’ère du tout technologique avance lentement mais sûrement

Posté par Auteur le 21 mai 2014

programmation_informatique_enseignee_college

Selon un article paru aujourd’hui dans le journal du 20 minutes, cliquez ici pour le lire, l’enseignement de la programmation informatique au collège serait plébiscité par 87 % de personnes sondées.

Cette demande d’enseignement va banaliser, en toute logique, les filières technologiques. En effet, actuellement, seules les filières DUT Informatique permettent de rentrer à la faculté pour devenir ingénieur en informatique. Pour devenir analyse programmeur, il est nécessaire d’avoir suivi un enseignement de niveau III en BTS ou en DUT.

Surtout, l’informatique est avant tout une passion. Être utilisateur de l’outil bureautique et devenir informaticien est très différent, cela n’a strictement rien à voir. Le problème c’est que la population fait l’amalgame entre savoir utiliser Windows et être administrateur systèmes et réseaux ou encore analyste programmeur. C’est comme si je disais que savoir conduire un véhicule fait du conducteur un garagiste, c’est une terrible simplification malheureusement aujourd’hui trop courante.

L’enseignement de l’informatique au collège est, par conséquent, une révolution annonçant l’avancée inéluctable de l’ère du tout technologique. Les élèves seront formés aux langages informatiques mais, finalement, qu’est-ce que la programmation ?

Les langages de programmation sont issus d’une pensée analytique universelle. Par exemple, le C++ est le même, que ce soit à Paris, à Pékin, à Londres ou à Constantinople. Il n’existe pas de dialectes locaux comme pour les langues humaines. Par conséquent, le langage de programmation universalise la pensée et l’on finit par rejoindre la théorie de Babel avec sa Tour Unique.

Ce qu’il faut comprendre, c’est que lorsque la jeunesse de demain baignera dans l’ère du tout électronique avec ses e-cigarettes, ses cours d’informatique, ses robots travailleurs, ses nombreux gadgets et probablement ses clones, le temps de l’amélioration de l’humain par la technologie, ce que l’on appelle le transhumanisme, ne sera probablement plus très loin.

Le futur de l’humanité s’annonce technologique. Les milliardaires ne s’en cachent pas, pour eux, à partir de 2100, leur idéologie sera appliquée inéluctablement sur la terre. Leur peur de la mort et de la maladie est tellement féroce qu’ils se conduisent comme de véritables acharnés de la robotisation et du clonage. Ils espèrent même « vivre pendant 1000 ans » et souhaitent aboutir à l’immortalité.

Le problème est qu’ils souhaitent parvenir à leurs fins et cela malgré la désapprobation d’une partie de la population. Ils agissent sournoisement en faisant accepter, petit à petit, des idées qui font tendre la civilisation occidentale vers leur idéologie. Les générations passées ne pouvaient pas s’apercevoir de ce stratagème ingénieux. C’est seulement maintenant, à notre époque charnière, que nous pouvons comprendre ce qui se trame.

Il suffit de taper « transhumanisme » dans les Actualités ou dans le moteur de recherche de Google pour s’apercevoir que cette idéologie tend à se répandre et s’affirmer. Cette doctrine restait relativement cachée mais elle se dévoile de plus en plus rapidement.

Les changements actuels, avec la théorie du genre, la robolution, le clonage, la progression de la haute technologie, la mise en avant des milliardaires annoncent cette ère du tout technologique. Il faudrait habiter dans une grotte ou même être sourd et aveugle pour ne pas s’en apercevoir.

La volonté de nos dirigeants est de s’émanciper de la Nature en utilisant la haute-technologie comme Source de Jouvence, Pierre Philosophale ou Saint Graal pour vaincre la maladie et, si possible, la mort. Ces individus vivent dans un univers tellement différent du nôtre qu’ils ne semblent pas s’apercevoir que les ressources naturelles s’épuisent inéluctablement. Le climat change, la faune et la flore dépérissent, les séismes se font de plus en plus nombreux. La Terre annonce probablement une volonté de s’émanciper de l’être humain.

Les élites qui nous gouvernent semblent avoir perdu la raison et restent aveugles à la souffrance des populations humaines, qu’elles soient autochtones ou non, ainsi que celle des animaux élevés en batterie ou martyrisés dans les laboratoires. Pendant que ces dirigeants souhaitent voir arriver l’ère de Stars Wars avec sa république et son Palpatine, ses Jedis, ses clones et ses vaisseaux spatiaux, la Terre amorce probablement un virage qui la verra peut-être se mettre en colère.

L’ère à venir sera soit celle du tout technologique, soit celle de l’âge de Pierre pour la simple et bonne raison que la haute technologie demande des matières premières qui vont se raréfier. Le risque est que l’on trouve des « cités » dans lesquelles vivent des milliardaires sans pitié. Dans ce cas, le reste de la planète serait très certainement dominée par les déserts, les tempêtes et les ruines de l’ancien monde.

Les questions à se poser sont les suivantes :

  • «  nous dirigeons nous ? »
  • « Devons-nous ramener à la raison les dirigeants et si oui, comment ? »
  • « Devons-nous laisser la Terre dépérir pour la volonté d’une poignée ? »
  • « Devons-nous accepter de nous laisser transformer en robots payants ? »
  • « Devons-nous trouver un nouvel idéal et l’imposer aux milliardaires ? »
  • « Devons-nous seulement attendre la mort sans rien tenter ? »

Cette prise de conscience est cruciale pour nos descendants. Nous n’avons moralement pas le droit de nous dire « après nous le déluge ». Mais ceci est seulement mon avis personnel et je ne saurai l’imposer…

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/05/21/l-ere-du-tout-technologique-avance-lentement-mais-surement/

Publié dans Article | 4 Commentaires »

Réflexions sur la théorie du genre

Posté par Auteur le 16 mai 2014

theorie_du_genre_transhumanisme

La théorie du genre ne peut pas être acceptée telle quelle par les individus qui possèdent un esprit critique et heureusement qu’il y en a encore beaucoup. Nous constatons qu’un illogisme impératif siège au cœur de la théorie du genre. Pour accepter qu’un homme soit physiquement identique à une femme, il est nécessaire de gommer les barrières naturelles. Si un homme devenait identique, en tout point, à une femme, ce serait seulement possible dans le cadre de l’androgynie, il deviendrait, symboliquement parlant, un être asexué.

Un homme reste un homme et une femme reste une femme, quoi qu’il en soit, il s’agit d’un état de fait. C’est leur complémentarité qui permet de donner la vie, par la procréation naturelle, c’est-à-dire, l’enfantement. Il est évident qu’une volonté politique essaye de faire disparaître cette complémentarité. Pourquoi existe-il une telle ambition ? Nous allons essayer d’y répondre dans le cadre de cet article.

Le mythe de l’androgyne est un délire historique. Il s’agit d’une théorie qui s’oppose fondamentalement à la conception naturelle parce qu’elle remet en cause les fondements de notre civilisation. De tous temps, les hommes et les femmes ont eu une place particulière dans la société. Il existe tout aussi bien les sociétés matriarcales (amérindiens, mosos, khasis) que les sociétés patriarcales, les deux avaient des avantages et des inconvénients mais l’organisation de ces sociétés était précise et rigoureuse.

L’androgynie efface l’histoire de l’humanité en faisant éclater, pour la première fois, le genre masculin ou féminin. Il s’agit d’une théorie pratiquement schizophrène qui transforme les individus en n’importe quoi. Un homme pourrait très bien être habillé en jupe avec une énorme barbe alors qu’une femme pourrait être vêtue d’un kilt et se raser la tête en se faisant pousser une moustache à force de se raser les poils du visage. Il est évident que dans ce cadre précis, les normes n’existent plus. Cela signifie que l’on fait exploser le passé pour entrer exclusivement dans une nouvelle société futuriste abreuvée de technologie.

Si l’on suit directement cette logique, on tombe, en amont, sur le transhumanisme et cela pour plusieurs raisons. Le transhumanisme fait voler en éclat tous les codes moraux du passé. Avant que la société n’accepte cette nouvelle conception technologique et marchande de l’humanité, il est nécessaire de lui faire perdre sa logique. L’androgynie est une arme formidable pour déverrouiller les bastions moraux.

En transformant progressivement les individus en des êtres métrosexuels, ceux-ci formeront de plus en plus de couples homogènes qui ne seront plus en mesure de procréer naturellement. Le transhumanisme propose des embryons parfaits pour la modique somme de 1500€. Les clients pourront choisir sur catalogue les caractéristiques de leur enfant. En empêchant la procréation naturelle, la vente d’embryons explosera parce que le marché sera immense et potentiellement sans limite. Pour y parvenir, il est indispensable de détruire la moralité et les théories matriarcales ou patriarcales.

Le problème majeur de la procréation artificielle et du transhumanisme dans son ensemble, c’est que ces concepts sont payants puisqu’il s’agit de la marchandisation de l’être humain. Google travaille sur de nombreux projets scientifiques qui révolutionneront le monde en faisant disparaître, comme nous l’avons vu, l’héritage historique et sociétal de l’humanité. Le transhumanisme est une théorie qui demande aux individus de se plier au marché et, par conséquent, à la volonté des entreprises innovantes se positionnant sur ce secteur particulièrement porteur.

Un individu rationnel, aimant l’humanité, ayant soif de liberté et de justice ne peut que rejeter le transhumanisme et cela pour plusieurs raisons. Le transhumanisme impose son dogme tout puissant sur les esprits, il s’agit d’un véritable fascisme latent et sournois qui fonctionne en attirant le client grâce à l’« augmentation » qu’il obtiendra après avoir accepté de se faire poser tel ou tel implant technologique.

Il paraît évident que l’individu pauvre ne sera pas en mesure de se faire « améliorer » et cela par manque d’argent. Ce n’est pas tout, le libertaire, l’idéaliste, le communiste, le citoyen passionné ou encore le religieux, ces anciens ennemis, s’allieront dans un même front devant la privation de leur liberté essentielle. Les uns auront soif de liberté, d’autres de justice et d’autres de liberté de culte. Le comble, c’est que les irréductibles se trouveront pêle-mêle dans une même volonté de s’affranchir de cette société technologique avilissante.

Auparavant, la dictature du transhumanisme aura déjà broyé les individus les plus faibles en leur faisant croire qu’être « augmenté » c’est « cool », « fashion », « à la mode », « tendance », etc… Ceux qui ont toujours suivi le troupeau seront les premiers à vouloir se faire augmenter parce qu’ils auront été aveuglés par une technologie brillante et sûre d’elle. Le danger réside bel et bien là. Les plus naïfs sont, bien souvent, ceux qui se disent intégrés.

On se réveille un peu lorsqu’on prend conscience que le nivellement par le bas imposé sur les bancs des écoles a l’avantage de libérer sur le marché de l’emploi, si l’on peut encore parler de celui-ci, des jeunes sans esprit critique parce que trop soumis à l’américanisation galopante de notre civilisation occidentale. On les aura faits entrer dans un moule sans qu’ils rechignent cet état de fait puisqu’ils auront été aveuglés depuis bien longtemps.

L’effondrement des valeurs morales, scientifiques, politiques et religieuses ouvre la porte royale au transhumanisme, à ses robots ainsi qu’à ses clones de tous poils. La société est en pleine mutation afin de lui faire accepter la robolution. Il paraît évident qu’il n’y aura aucune résistance officielle et même si c’était le cas, elle serait brisée par ceux qui tiennent les rênes du marché de l’être humain, c’est-à-dire, Google et ses consœurs.

Notre société va très certainement plonger dans une sorte de chaos civilisationnel afin de la faire céder. C’est en travaillant au cœur un matériau que celui-ci prend la forme désirée. La chanteuse Conchita Wurst, grande gagnante de l’eurovision, est la digne représentante de l’ère pré-transhumaniste, c’est un peu, à la fois, le modèle d’exposition et l’indicateur qui annonce le virage amorcé par la société contemporaine.

Attachez vos ceintures car notre liberté de pensée et d’expression va bientôt disparaître afin de nous pousser à acheter un embryon blond aux yeux bleus à 1 500 €, des lunettes virtuelles Google Glass, un bras bionique, un sexe de secours ainsi qu’une oreille artificielle nous permettant d’entendre les indélicatesses que chuchotent notre voisin de pallier.

Nous aurons également le choix de faire cloner notre chien en y rajoutant quelques options lui permettant de bêler ou de miauler pour plus d’amusement. Le monde à l’envers dans lequel tout sera vendu, c’est pour demain et nous sommes les premiers cobayes de cette plongée vers l’enfer technologique.

L’air que nous respirons sera taxé grâce à un compteur implanté dans notre chair, si nous sommes trop consommateurs d’air, il faudra apprendre à respirer toutes les dix secondes afin d’alléger la facture énergétique ainsi que la taxe écologique transmises directement par l’Internet grâce à l’intelligence artificielle conçue par Google et ses sbires.

Le monde parfait, on y vient. Sur ce, j’espère que vous saurez apprécier vos derniers instants de liberté. Finalement, il vaut mieux rire pendant qu’on peut encore le faire car prochainement la censure Google nous interdira d’écrire un tel billet.

Pour finir en beauté, je publie ici les paroles de la chanson de Raphäel, « Cela nous aurait suffi », parce qu’elles valent la peine d’être lues et conviennent particulièrement à notre époque.

On n´avait pas appris à marcher
que déjà on tombait
on n´avait pas appris l´enfance
que déjà on grandissait
on n´avait pas appris le rire
que déjà on pleurait
on n´avait pas appris à croire
que déjà on doutait

on n´avait pas appris à aimer
qu´déjà on haïssait
on n´avait pas appris à parler
que déjà on jurait
on n´avait pas appris l´aisance
qu´il fallait tout quitter
on manque d´humour dans la famille
on manque d´humour dans la famille

pour une chance
c´est une chance
de vivre de ce côté
pour une chance
c´est une chance
de vivre de ce côté
pour une chance
quelle chance de vivre du bon côté
quelle chance quelle chance

apprendre à marcher
cela nous aurait suffi
apprendre l´enfance
cela nous aurait suffi
apprendre à sourire
cela nous aurait suffi
apprendre à croire
cela nous aurait suffi
apprendre à aimer
cela nous aurait suffi
apprendre à parler
cela nous aurait suffi
si tu nous avais appris
cela nous aurait suffi

pour une chance
c´est une chance
de vivre de ce côté
pour une chance
c´est une chance
de vivre de ce côté
pour une chance
quelle chance de vivre du bon côté
quelle chance quelle chance

Image de prévisualisation YouTube

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/05/16/reflexions-sur-la-theorie-du-genre/

Publié dans Article | Pas de Commentaire »

 

Exactly What A Dallas Proce... |
tohubohu |
Plombier Argenteuil 95100 V... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Littsocmontesquieu
| Bonjour, c'est la CGT ...
| Villaines-les-Rochers