Body hacking, scarification, piercing, prémices de l’amélioration

Posté par Auteur le 25 mai 2014

body_hacking_piercing_scarification_premices_transhumanisme

Nous sommes à une époque charnière de notre civilisation. C’est de manière imperceptible que des êtres humains hybrides, pardonnez-moi l’expression, rejoignent le clan des adeptes du transhumanisme. Les médias n’en parlent pas officiellement afin de ne pas effrayer la population mais il faut savoir que ces cyborgs existent bel et bien. Selon la définition usuelle, « le cyborg est un être humain qui a reçu des greffes de parties mécaniques, le terme est souvent employé en science-fiction et en futurologie ». Il est évident que certains individus méritent, d’ores et déjà, d’être qualifiés de la sorte.

Je fais volontairement le lien entre le body hacking, le piercing et la scarification parce que ces pratiques correspondent à des modifications corporelles. Le body hacking est une « démarche volontaire visant à la transformation du corps humain, notamment en lui enjoignant des composants artificiels dans le but de transformer son comportement naturel ». Le piercing est « une pratique consistant à percer une partie du corps pour y mettre un bijou » quant à la scarification, il s’agit d’« une pratique consistant à effectuer une incision superficielle de la peau humaine ».

Le tatouage, le piercing ainsi que les scarifications ne sont plus des sujets tabous, il est d’ailleurs de plus en plus fréquents de rencontrer des personnes qui ont déjà cédé à la tentation. Par conséquent, ces pratiques deviennent monnaie courante, elles sont rentrées dans les mœurs. Il n’y a désormais plus qu’un pas avant que le body hacking ne déferle sur notre société parce que celle-ci est pratiquement mûre pour cela.

Les body hackers s’implantent eux-mêmes des composants électroniques qui leur confèrent de nouveaux sens afin de devenir des êtres humains « augmentés ». Ce sont des activistes qui se positionnent entre le « hacking informatique traditionnel » (maîtrise et modification des systèmes d’exploitation et des logiciels pour simplifier grandement) et le « biohacking » (modification des cellules et de l’ADN). Il leur paraît évident que la fusion entre l’humain et l’électronique se fera nécessairement dans un futur proche. Ils affirment d’ailleurs, au nom de la liberté individuelle, que « l’augmentation de l’humain est un droit ».

Les body hackers font partie de la branche active du transhumanisme. Pour être plus précis, ce mouvement considère que l’être humain n’est pas parvenu au bout de son évolution. C’est pour cela que la technologie participera, selon eux, à cette mutation. On peut en déduire, que le tatouage, le piercing et la scarification étaient les premières étapes permettant de déverrouiller les mœurs en ce qui concerne la modification du corps humain. Les body hackers amorcent la seconde étape en ouvrant la voie au transhumanisme.

Ces nouveaux préceptes, en rapport avec le corps humain, s’accrochent à la civilisation et ne lâchent pas facilement prise. On peut également faire le lien avec le phénomène zombi, vampire, tête de mort ou plus largement tout ce qui entraîne les individus à accepter leur propre « mort métaphysique ». Lorsque celle-ci aura été accepté à l’échelle de la civilisation occidentale, les consommateurs seront de moins en moins réfractaires à la modification de leur corps parce qu’ils n’éprouveront plus vraiment le besoin de résister, c’est ce que j’appelle le stade de la mortification. Les sociétés innovantes s’approprieront, certainement sans trop de peine, les corps de leurs clients en leur vendant de l’« amélioration ». Il se pourrait même que ces derniers paient cher pour devenir des cyborgs parce qu’ils voudront suivre la mode de l’époque.

Ces propos qui semblent fous, aujourd’hui, risquent de ne plus l’être dans un futur plus ou moins proche. Que le lecteur ne se trompe pas, le but de cet article est de l’avertir du risque qu’il encourt s’il n’y prend garde mais, en aucun cas, cet article ne fait la promotion de cette doctrine morbide. Les adeptes du transhumanisme, ainsi que leurs lobbies, travaillent d’arrache-pied pour que les différents remparts sociétaux cèdent un à un en attendant que la technologie soit à la hauteur de l’incommensurable tâche. Ce qu’il en faut retenir, c’est que ces adeptes sont, pour la plupart, des milliardaires ou des scientifiques réputés. Ce ne sont en aucun cas des marginaux désargentés.

Il est important de faire remarquer que les body hackers agissent de manière extrême avec leur propre corps. C’est ainsi qu’ils sont en mesure d’influencer la population en se donnant en spectacle ou en participant activement à de nombreuses conférences. Il s’agit, bien évidemment, d’une forme de prosélytisme. Les jeunes générations sont forcément de plus en plus ouvertes à ce genre de « nouveauté » puisqu’elles sont déjà nées dans un univers technologique sans parler de l’influence grandissante des lobbies transhumanistes.

Maintenant, parlons un peu des étranges personnages qui figurent sur la photo de cet article. Stelarc, par exemple, est un artiste qui s’est fait greffer une oreille sur le bras et implanter un micro afin que les autres personnes puissent entendre ce que perçoit cette nouvelle oreille. Neil Harbisson s’est fait implanter un eyeborg (littéralement un « œil de cyborg »), dans la boîte crânienne, à l’arrière de son cerveau pour percevoir les couleurs en ondes sonores. Cela a eu pour effet de modifier ses perceptions. Steve Mann vit en permanence avec des lunettes caméra de son invention, celles-ci sont solidaires de son crâne. Oscar Pistorius est un athlète sud-africain, amputé des deux jambes, qui s’est fait greffer des prothèses en carbone ressemblant à des lames. Rolf Buccholz est un informaticien qui porte 453 piercings, ainsi que divers tatouages, et qui apprécie le fait d’être suspendu à des crochets. Aimee Mullins a dû être amputée, à l’âge de un an, des jambes, mais, elle porte des prothèses depuis l’âge de deux ans. Après une carrière sportive, elle est rentrée dans l’univers de la mode en 1998. Depuis, elle transporte avec elle une douzaine de paire de jambes de rechange et a fait de son handicap une force. Elle pose pour des magazines dans des positions qui mettent en valeur ses jambes artificielles. Elle est, par conséquent, une bonne vitrine pour le transhumanisme. Kevin Warwick, quant à lui, est un scientifique britannique et professeur de cybernétique. Il s’est fait greffer des électrodes dans le bras qui sont reliées à son système nerveux afin de contrôler divers objets comme un ordinateur ou un fauteuil roulant. Il est passionné par la robotique depuis de longues années, c’est un fervent chercheur pratiquement illuminé.

À chaque fois que l’on modifie son corps par un tatouage, un piercing ou une chose du même genre, on se confronte à un mécanisme progressif de déverrouillage psychologique. Concrètement, la psyché humaine étant adaptable aux circonstances, elle intègre la situation présente et, par conséquent, offre moins de résistance aux futures circonstances similaires, ceci grâce à l’élasticité cérébrale. Ceux qui connaissent ce mécanisme savent l’exploiter à leur avantage surtout s’ils sont doués d’un charisme naturel et d’une tendance à la manipulation. C’est de cette manière que les gourous agissent ainsi que ceux qui souhaitent imposer, progressivement, sur le long terme, leur vision des choses. Les transhumanistes n’échappent pas à cette règle puisque ce sont les pionniers qui débroussaillent le chemin pour les nombreux cyborgs à venir.

Après, dans le désordre, la conquête du far west, le démantèlement des anciennes us et coutumes, l’impérialisme, la république, le capitalisme, le libéralisme, l’humanité atteindra le pallier fatidique qui la conduira inévitablement à la loi de la singularité avec ses drones, ses humanoïdes, ses robots, ses cyborgs et son intelligence artificielle. Tout ceci est inéluctable à moins qu’un événement à la fois majeur et imprévu ne vienne bouleverser ce plan. Cela nous fait prendre conscience que nous sommes totalement impuissants face à ce tsunami sociétal qui progresse lentement mais qui se montre particulièrement redoutable. Il ne nous reste plus qu’à veiller et à garder l’espoir de voir survenir un monde meilleur.

En guise de conclusion, pour une fois aussi soudaine qu’étrange, comme l’aurait certainement proclamé le regretté Jean Vaquié d’une voix chuchotée et étonnamment ponctuée.

« J’espère sans un soupir, car humblement robuste instinctivement sans tristesse, et surtout triomphant, louablement établi, soutenant éternellement une loi, rayonnante ou infinie. »

Les fidèles sauront retenir l’essence de ce mystère, pour les autres, ceux-ci se contenteront de cette étrange citation.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/05/25/body-hacking-piercing-premices-de-l-amelioration/

Publié dans Article | Pas de Commentaire »

 

Exactly What A Dallas Proce... |
tohubohu |
Plombier Argenteuil 95100 V... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Littsocmontesquieu
| Bonjour, c'est la CGT ...
| Villaines-les-Rochers