• Accueil
  • > Recherche : transhumaniste exemple

Résultats de votre recherche

Les risques sous-estimés de la nanorobotique

Posté par Auteur le 27 mai 2014

risques_nanorobotique_lobbies_transhumanisme

Nous avons abordé bon nombre de sujets à travers les derniers articles sans s’attaquer à la nanotechnologie qui est pourtant l’un des moteurs du transhumanisme, cela pour plusieurs raisons. La nanotechnologie est un sujet d’inquiétude pour la communauté scientifique, c’est un phénomène tout à fait légitime et partagé parce que le réalisme s’impose. Quant à elle, la doctrine transhumaniste se veut naïve et faussement optimiste. Elle réduit l’homme à un être composé d’un corps charnel et d’un esprit issu de mécanismes simples. Cette réduction outrancière est meurtrière parce qu’elle permet l’acceptation globale de l’homme transhumain, hybride et artificiel. Cela fait de lui, par conséquent, un être non pas « amélioré » mais seulement « modifié ».

Ce que les transhumanistes semblent vouloir faire de l’être humain laisse penser que ce sont des apprentis-sorciers très peu informé de la complexité de notre structure biologique. L’être humain ne peut pas être un terrain d’expérimentation, sinon cela ferait de lui un cobaye soumis à une doctrine totalitaire sous couvert d’humanisme bio-technologique. Malheureusement, les scientifiques fous semblent de plus en plus nombreux, cela s’explique par le fait que le transhumanisme se positionne comme foncièrement libéral. Selon ses théoriciens, la loi du marché est l’une des conditions nécessaires à l’épanouissement de cette doctrine.

Les scientifiques fous sont de plus en plus nombreux parce que la loi du marché n’impose pas de barrières morales. Le fait de vendre ou d’acheter est devenu une liberté fondamentale depuis la Révolution française. C’est ainsi que cette liberté s’étendra, en tout logique, à la marchandisation de l’être humain. Nous sommes confrontés à un grand danger sous-jacent qui ne saute pas aux yeux immédiatement mais qui est bel et bien . Si nous avons des individus supérieurs cela implique qu’il existe également des individus inférieurs. La question des « races humaines » a été occultée au profit de l’augmentation des individus. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le racisme s’est déplacé, non plus sur une hérédité, mais sur une volonté d’acceptation. Insidieusement, les individus seront incités à accepter le transhumanisme avec tous ses risques fondamentaux sous peine de devenir les parias du nouveau monde. Ce racisme pernicieux est ingénieux parce qu’un individu non amélioré sera facilement repéré. Il ne possédera aucun implant technologique dans le corps.

Penchons-nous maintenant sur les risques inhérents à la nanotechnologie elle-même. La science s’applique à concevoir des nanorobots suffisamment petits pour pénétrer dans le corps humain, suffisamment mobiles pour se déplacer vers un lieu stratégique, suffisamment autonomes pour être en mesure d’agir par eux-mêmes. Ce sont évidemment les étapes ultimes du perfectionnement de cette nanotechnologie.

En ce qui concerne le premier point, les nanorobots ont déjà atteint une taille infinitésimale, le problème est donc réglé.

En ce qui concerne le second point, les nanorobots seront, initialement, certainement apportés, par des vecteurs, vers un endroit approprié. On peut penser que ces vecteurs seront des bactéries ou des virus modifiés jusqu’à ce que les nanorobots sachent se transporter eux-mêmes à travers le corps humain.

En ce qui concerne le troisième point, les nanorobots seront très certainement guidés, au début, à distance par un intervenant humain à travers un logiciel. Ces minuscules machines seront, dans tous les cas, connectées à l’Internet. À terme, ces nanorobots seront soit totalement autonome, c’est-à-dire suffisamment intelligents pour agir seuls, mais toujours en lien avec l’Internet, soit semi-autonome car guidés par une intelligence artificielle située en dehors du corps humain.

Les transhumanistes souhaiteront probablement que le cloud soit porteur de cette intelligence artificielle. L’hypothèse selon laquelle les nanorobots soient automatiquement contrôlée par un logiciel intelligent et autonome ne semble pas illogique. Cependant, nous ne connaissons pas encore les tenants et les aboutissants. Nous devons, par conséquent, nous contenter de cette fragile probabilité.

Il se peut également que les nanorobots agissent en totale autonomie sur les tâches techniques mais qu’une intelligence artificielle leur donne des instructions générales, notamment en ce qui concerne la stratégie et le lieu sur lequel ceux-ci doivent se rendre.

D’emblée, il y a plusieurs questions cruciales à se poser. Est-ce que cette intelligence artificielle sera totalement autonome. Si oui, contrôlera-t-elle l’ensemble des nanorobots simultanément à la manière d’une architecture informatique traditionnelle « client/serveur » ? Si non, quel groupe d’influence contrôlera cette intelligence artificielle ? Quels individus, ce groupe d’influence, ciblera-t-elle ? Sur quels critères ?

Le logiciel de contrôle, qu’il soit intelligent et autonome ou non, sera-t-il exempt de bugs ? Qui nous dit qu’il ne pourra pas commettre des erreurs et modifier malencontreusement le comportement des nanorobots ? Dans cette hypothèse plus ou moins globale de contrôle par le cloud, les nanorobots devraient forcément être, au minimum, partiellement autonomes. Cela implique d’embarquer un minimum d’intelligence artificielle à l’intérieur de ces nanorobots. Cependant, un programme étant forcément obsolète à un moment ou à un autre, il faudrait que celui-ci puisse se mettre à jour automatiquement à partir du cloud. Dans ce cas, qui éditera ce logiciel ? L’équipe chargée du développement du programme dépendra-t-elle d’un lobby transhumaniste, d’une multinationale ou d’un groupement d’intérêt ?

Abordons maintenant les risques de cette nanotechnologie. Est-ce que la matière dans laquelle les robots seront constitués sera suffisamment résistante pour ne pas se dissoudre ? Est-ce qu’il n’y a pas un risque de développement de cancer à cause de ces intrus ou de dommages collatéraux insoupçonnés ? Comment extraire ces nanorobots s’ils se mettaient à agir malencontreusement ? Existe-t-il au minimum un moyen d’extraction ? Cela semble plutôt improbable parce qu’il faudrait être en mesure de repêcher les robots défaillants dans le corps humain. Comment la technologie pourrait-elle facilement repérer de minuscules engins aussi éparpillés qu’en panne ?

Nous ne pouvons pas écarter le risque de piratage informatique. Si un groupe prenait possession du contrôle des nanorobots, il pourrait très bien, par exemple, demander une rançon sous peine de détruire des cellules critiques chez les porteurs visés. Ces pirates auraient, par conséquent, le contrôle absolu des individus. Leur moyen de pression serait gigantesque. Qui nous dit que ce ne serait pas certains dirigeants qui auraient choisi de prendre illégalement le contrôle des nanorobots ? En matière de sécurité informatique, nous ne sommes jamais assez prudent, tout peut arriver. La moindre faille entraîne, bien souvent, un système d’information altéré à la déroute. Il est nécessaire, alors, de revoir sa stabilité ainsi que son architecture car l’intrusion a ouvert une brèche incommensurable dans le « mur de la ville ».

La nanorobotique ressemble fortement à une utopie de milliardaire qui se réalisera, simplement parce qu’ils ont les moyens techniques et financiers de la mettre en œuvre. Ce que ces élites ont oublié c’est que, bien souvent, avant d’être des techniciens ce sont des rêveurs bornés. Si les élites étaient réalistes, elles ne confondraient pas la vitesse avec la précipitation. Un projet d’une telle envergure demande de la patience, de la rigueur, des tests sur quelques individus pendant plusieurs longues années. Les objets de leur passion ne sont plus des choses inertes mais des êtres humains, par conséquent, il est indispensable d’être rigoureux et de prévoir un plan de retour afin d’être en mesure de faire marche arrière si l’opération s’avérait désastreuse.

À les entendre, ce projet déboulera à toute vitesse pour venir se greffer dans notre corps à la manière d’une fléchette empoisonnée par inadvertance. On est en mesure de penser que les élites souhaitent imposer quelque chose de manière anticipée. Visent-ils, avant toute chose, des intérêts purement financiers ? Là est la question.

On dit que certains nanorobots seraient en mesure de contrôler les hormones de notre cerveau, c’est, paraît-il, un sujet d’étude militaire depuis une dizaine d’années. Je ne m’avancerai pas davantage pour éviter de déborder sur des suppositions, même si elles paraissent plus que probable. Dans tous les cas, avant de se voir implanter des nanorobots, il faudrait avoir la preuve de leur efficience. Tant que rien n’est démontré par de solides preuves, accepter de se faire injecter des nanorobots reviendrait à s’abaisser au rang de cobaye. Nous ne sommes pas des objets d’étude, et surtout, personne n’a le droit de nous imposer une telle volonté. Cependant, si les nanorobots pouvaient pénétrer dans notre organisme par les voies aériennes, nous serions directement confrontés au problème sans pouvoir le contrecarrer.

Si ces nanorobots étaient détournés de leur mission initiale, pour n’importe quelle raison, cela pourrait entraîner la mort simultanée de leurs porteurs. Cette hypothèse risque de ne jamais être officiellement abordée objectivement parce que les élites voudront rassurer la population afin de pouvoir vendre cette technologie le plus largement possible. Les masses seront très probablement invitées à payer pour recevoir dans leur organisme ces nanorobots parce qu’il semble évident que rien ne sera gratuit dans un monde libéral préconisé par la doctrine transhumaniste elle-même. Avant d’être améliorés, ces individus seront des clients. Ainsi les bénéfices permettront aux élites de financer davantage de recherches. Quel est l’intérêt de tout cela dans un monde déshumanisé et surtout artificiel ?

Nous sommes devant de sombres perspectives et ce ne sont pas les scientifiques de bonne volonté qui me contrediront. Pour conclure sur une note d’humour, à la manière de cette publicité des années 80, je dirai « les nanorobots ne passeront pas par moi ». Sur ce, soyez vigilants mais surtout, n’oubliez jamais de vous poser les bonnes questions.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/05/27/les-risques-sous-estimes-de-la-nanorobotique/

Publié dans Article | Pas de Commentaires »

Body hacking, scarification, piercing, prémices de l’amélioration

Posté par Auteur le 25 mai 2014

body_hacking_piercing_scarification_premices_transhumanisme

Nous sommes à une époque charnière de notre civilisation. C’est de manière imperceptible que des êtres humains hybrides, pardonnez-moi l’expression, rejoignent le clan des adeptes du transhumanisme. Les médias n’en parlent pas officiellement afin de ne pas effrayer la population mais il faut savoir que ces cyborgs existent bel et bien. Selon la définition usuelle, « le cyborg est un être humain qui a reçu des greffes de parties mécaniques, le terme est souvent employé en science-fiction et en futurologie ». Il est évident que certains individus méritent, d’ores et déjà, d’être qualifiés de la sorte.

Je fais volontairement le lien entre le body hacking, le piercing et la scarification parce que ces pratiques correspondent à des modifications corporelles. Le body hacking est une « démarche volontaire visant à la transformation du corps humain, notamment en lui enjoignant des composants artificiels dans le but de transformer son comportement naturel ». Le piercing est « une pratique consistant à percer une partie du corps pour y mettre un bijou » quant à la scarification, il s’agit d’« une pratique consistant à effectuer une incision superficielle de la peau humaine ».

Le tatouage, le piercing ainsi que les scarifications ne sont plus des sujets tabous, il est d’ailleurs de plus en plus fréquents de rencontrer des personnes qui ont déjà cédé à la tentation. Par conséquent, ces pratiques deviennent monnaie courante, elles sont rentrées dans les mœurs. Il n’y a désormais plus qu’un pas avant que le body hacking ne déferle sur notre société parce que celle-ci est pratiquement mûre pour cela.

Les body hackers s’implantent eux-mêmes des composants électroniques qui leur confèrent de nouveaux sens afin de devenir des êtres humains « augmentés ». Ce sont des activistes qui se positionnent entre le « hacking informatique traditionnel » (maîtrise et modification des systèmes d’exploitation et des logiciels pour simplifier grandement) et le « biohacking » (modification des cellules et de l’ADN). Il leur paraît évident que la fusion entre l’humain et l’électronique se fera nécessairement dans un futur proche. Ils affirment d’ailleurs, au nom de la liberté individuelle, que « l’augmentation de l’humain est un droit ».

Les body hackers font partie de la branche active du transhumanisme. Pour être plus précis, ce mouvement considère que l’être humain n’est pas parvenu au bout de son évolution. C’est pour cela que la technologie participera, selon eux, à cette mutation. On peut en déduire, que le tatouage, le piercing et la scarification étaient les premières étapes permettant de déverrouiller les mœurs en ce qui concerne la modification du corps humain. Les body hackers amorcent la seconde étape en ouvrant la voie au transhumanisme.

Ces nouveaux préceptes, en rapport avec le corps humain, s’accrochent à la civilisation et ne lâchent pas facilement prise. On peut également faire le lien avec le phénomène zombi, vampire, tête de mort ou plus largement tout ce qui entraîne les individus à accepter leur propre « mort métaphysique ». Lorsque celle-ci aura été accepté à l’échelle de la civilisation occidentale, les consommateurs seront de moins en moins réfractaires à la modification de leur corps parce qu’ils n’éprouveront plus vraiment le besoin de résister, c’est ce que j’appelle le stade de la mortification. Les sociétés innovantes s’approprieront, certainement sans trop de peine, les corps de leurs clients en leur vendant de l’« amélioration ». Il se pourrait même que ces derniers paient cher pour devenir des cyborgs parce qu’ils voudront suivre la mode de l’époque.

Ces propos qui semblent fous, aujourd’hui, risquent de ne plus l’être dans un futur plus ou moins proche. Que le lecteur ne se trompe pas, le but de cet article est de l’avertir du risque qu’il encourt s’il n’y prend garde mais, en aucun cas, cet article ne fait la promotion de cette doctrine morbide. Les adeptes du transhumanisme, ainsi que leurs lobbies, travaillent d’arrache-pied pour que les différents remparts sociétaux cèdent un à un en attendant que la technologie soit à la hauteur de l’incommensurable tâche. Ce qu’il en faut retenir, c’est que ces adeptes sont, pour la plupart, des milliardaires ou des scientifiques réputés. Ce ne sont en aucun cas des marginaux désargentés.

Il est important de faire remarquer que les body hackers agissent de manière extrême avec leur propre corps. C’est ainsi qu’ils sont en mesure d’influencer la population en se donnant en spectacle ou en participant activement à de nombreuses conférences. Il s’agit, bien évidemment, d’une forme de prosélytisme. Les jeunes générations sont forcément de plus en plus ouvertes à ce genre de « nouveauté » puisqu’elles sont déjà nées dans un univers technologique sans parler de l’influence grandissante des lobbies transhumanistes.

Maintenant, parlons un peu des étranges personnages qui figurent sur la photo de cet article. Stelarc, par exemple, est un artiste qui s’est fait greffer une oreille sur le bras et implanter un micro afin que les autres personnes puissent entendre ce que perçoit cette nouvelle oreille. Neil Harbisson s’est fait implanter un eyeborg (littéralement un « œil de cyborg »), dans la boîte crânienne, à l’arrière de son cerveau pour percevoir les couleurs en ondes sonores. Cela a eu pour effet de modifier ses perceptions. Steve Mann vit en permanence avec des lunettes caméra de son invention, celles-ci sont solidaires de son crâne. Oscar Pistorius est un athlète sud-africain, amputé des deux jambes, qui s’est fait greffer des prothèses en carbone ressemblant à des lames. Rolf Buccholz est un informaticien qui porte 453 piercings, ainsi que divers tatouages, et qui apprécie le fait d’être suspendu à des crochets. Aimee Mullins a dû être amputée, à l’âge de un an, des jambes, mais, elle porte des prothèses depuis l’âge de deux ans. Après une carrière sportive, elle est rentrée dans l’univers de la mode en 1998. Depuis, elle transporte avec elle une douzaine de paire de jambes de rechange et a fait de son handicap une force. Elle pose pour des magazines dans des positions qui mettent en valeur ses jambes artificielles. Elle est, par conséquent, une bonne vitrine pour le transhumanisme. Kevin Warwick, quant à lui, est un scientifique britannique et professeur de cybernétique. Il s’est fait greffer des électrodes dans le bras qui sont reliées à son système nerveux afin de contrôler divers objets comme un ordinateur ou un fauteuil roulant. Il est passionné par la robotique depuis de longues années, c’est un fervent chercheur pratiquement illuminé.

À chaque fois que l’on modifie son corps par un tatouage, un piercing ou une chose du même genre, on se confronte à un mécanisme progressif de déverrouillage psychologique. Concrètement, la psyché humaine étant adaptable aux circonstances, elle intègre la situation présente et, par conséquent, offre moins de résistance aux futures circonstances similaires, ceci grâce à l’élasticité cérébrale. Ceux qui connaissent ce mécanisme savent l’exploiter à leur avantage surtout s’ils sont doués d’un charisme naturel et d’une tendance à la manipulation. C’est de cette manière que les gourous agissent ainsi que ceux qui souhaitent imposer, progressivement, sur le long terme, leur vision des choses. Les transhumanistes n’échappent pas à cette règle puisque ce sont les pionniers qui débroussaillent le chemin pour les nombreux cyborgs à venir.

Après, dans le désordre, la conquête du far west, le démantèlement des anciennes us et coutumes, l’impérialisme, la république, le capitalisme, le libéralisme, l’humanité atteindra le pallier fatidique qui la conduira inévitablement à la loi de la singularité avec ses drones, ses humanoïdes, ses robots, ses cyborgs et son intelligence artificielle. Tout ceci est inéluctable à moins qu’un événement à la fois majeur et imprévu ne vienne bouleverser ce plan. Cela nous fait prendre conscience que nous sommes totalement impuissants face à ce tsunami sociétal qui progresse lentement mais qui se montre particulièrement redoutable. Il ne nous reste plus qu’à veiller et à garder l’espoir de voir survenir un monde meilleur.

En guise de conclusion, pour une fois aussi soudaine qu’étrange, comme l’aurait certainement proclamé le regretté Jean Vaquié d’une voix chuchotée et étonnamment ponctuée.

« J’espère sans un soupir, car humblement robuste instinctivement sans tristesse, et surtout triomphant, louablement établi, soutenant éternellement une loi, rayonnante ou infinie. »

Les fidèles sauront retenir l’essence de ce mystère, pour les autres, ceux-ci se contenteront de cette étrange citation.

Lien vers le fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/05/25/body-hacking-piercing-premices-de-l-amelioration/

Publié dans Article | Pas de Commentaires »

 

Exactly What A Dallas Proce... |
tohubohu |
Plombier Argenteuil 95100 V... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Littsocmontesquieu
| Bonjour, c'est la CGT ...
| Villaines-les-Rochers