• Accueil
  • > Article
  • > La « robolution » ou la fin de la sacralisation du travail

La « robolution » ou la fin de la sacralisation du travail

Posté par Auteur le 28 avril 2014

robots_danger_pour_humanite

La « robolution » est un projet plus qu’ambitieux. Selon Bruno Bonnell, président de Robopolis et ex-président d’Infogrames, « la robotique va émerger, à l’instar d’Internet dans les années 90, comme une industrie à part entière avec un impact sur l’ensemble des secteurs d’activité ».

Bruno ne croit certainement pas si bien dire. Les robots sont actuellement en train d’évoluer de manière extraordinaire, leur comportement est semblable à celui d’un être humain. L’intelligence artificielle est en pleine explosion et les recherches sont soutenues par de nombreux laboratoires scientifiques mondiaux.

Les robots vont prochainement débarquer en France afin de remplacer les emplois les moins bien rémunérés. Par exemple, les caissières seront très certainement remplacées par des humanoïdes capables de compter et peut-être même de scanner les articles dans leur chariot. Si ce n’est pas des humanoïdes se seront potentiellement des caisses enregistreuses à l’intelligence artificielle particulièrement développée qui remplaceront aisément les hôtesses de caisse des supermarchés.

Les robots s’immisceront de partout et remplaceront également les infirmières à domicile, les aides-soignantes et permettront de développer le service à la personne de manière non conventionnelle. L’industrie en sera également transformée, les emplois de manutentionnaires, de caristes et de préparateurs de commande sont amenés à disparaître avec l’avènement de ces machines particulièrement douées.

Le marché du travail sera prochainement en pleine mutation et le chômage va croître d’une manière phénoménale en même temps que la violence. Cela ne sera certainement plus un problème avec les humanoïdes « policiers » chargés d’assurer la sécurité et la surveillance du territoire. Il paraît évident que la sécurité sera imposée par des machines qui ne chercheront pas à dialoguer avec les humains frondeurs.

L’homme devra céder sa place aux robots, sur le marché du travail, pour une bonne et simple raison. Un robot génère un coût à l’achat, son « employeur » n’aura plus qu’à l’entretenir sans avoir besoin de lui verser un salaire puisqu’une machine est un travailleur à la fois obéissant et infatigable. Seuls des frais de maintenance préventive et curative seront à verser aux entreprises spécialisées dans la réparation des robots. Mais qui dit que les réparateurs de robots ne seront pas eux-mêmes des humanoïdes ?

Notre société va changer en profondeur dès 2015. L’homme devra revoir son comportement ainsi que ses habitudes puisqu’il risque d’être relégué au rang de chômeur. L’ennemi du travailleur sera bel et bien un « étranger mécanique ». Comment lutter contre des hordes de robots qui prendront la place des travailleurs ? Quels seront les revenus versés aux êtres humains relégués au second plan ?

Si un individu naît de parents pauvres et ne possède pas de talent particulier, que fera-t-il dans une société cadencée au rythme des machines? Devra-t-il accepter de se faire poser un implant dans le cerveau afin de développer une nouvelle intelligence artificielle ? Faudra-t-il accepter de perdre son humanité pour vivre raisonnablement dans la société de demain ?

Nous devons nous préparer à nous poser des questions philosophiques et éthiques qui généreront des débats particulièrement houleux. La société occidentale de demain ne sera certainement pas heureuse puisque la technologie va supplanter la « naturalité ». Les êtres humains risquent de devenir rapidement un sous-produit d’une technologie développée par des hommes…

La science sera très certainement au service d’une élite plus préoccupée par les questions financières que morales. Nous devons nous attendre à rentrer de plain-pied dans une ère nouvelle ouvrant la voie à la fin des libertés individuelles pour rentrer dans la dictature des machines.

Le transhumanisme s’imposera logiquement, l’homme sera très certainement obligé de se plier à la logique implacable des machines. Ce sera forcément générateur de profit pour les sociétés de génie scientifique et médical. Ainsi, si un individu souhaite se frayer une place dans la société de demain, il devra accepter de devenir un être amélioré en « achetant » un « implant cérébral », des « bras bioniques » ou je ne sais quoi d’autre pour être en mesure de se confronter aux machines. Il paraît évident que dans une telle société la moralité n’existera pas et l’humain sera relégué au second plan. Comment donner du crédit à un tel projet de civilisation ?

Plus sérieusement, si ces élites souhaitent appliquer leur vision du monde, ils ont tout intérêt à créer une guerre mondiale afin de pouvoir imposer leurs ambitions. C’est en massacrant des millions de personnes qu’ils pourront imposer, à la fin de la guerre, leur solution de robotisation de la société afin d’empêcher de nouveaux conflits.

Finalement, il est tout de même étrange qu’un début de conflit soit apparu en Ukraine au mois de mars… A bientôt pour un nouvel article !

Fichier PDF : http://www.fichier-pdf.fr/2014/04/28/la-robolution-ou-la-fin-de-la-sacralisation-du-travail/

Laisser un commentaire

 

Exactly What A Dallas Proce... |
tohubohu |
Plombier Argenteuil 95100 V... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Littsocmontesquieu
| Bonjour, c'est la CGT ...
| Villaines-les-Rochers